Langue Issue
CULTURE POPULAIRE ET INTERACTION ENTRE LES SAVOIRS ETUDE SUR LES FONDEMENTS SCIENTIFIQUES
CULTURE POPULAIRE ET INTERACTION ENTRE LES SAVOIRS ETUDE SUR LES FONDEMENTS SCIENTIFIQUES
Issue 49

Dr Abdelali El Amiri

Faculté des Lettres et des sciences humaines de Béni Mellal. Maroc 

Cette étude a pour but de montrer que l’être humain possède une structure mentale qui lui permet de se représenter le monde avec tout ce qui tourne dans son orbite et toutes les images et formes de savoir qu’il contient, au moyen d’un ensemble de mécanismes propres à l’aider à découvrir, à comprendre et à déduire. La culture, populaire aussi bien qu’officielle, est constituée à la base d’un ensemble de savoirs humains qui font qu’elle est en  constante interaction avec la théorie cognitive qui en est le fondement, tant au plan épistémologique que scientifique. L’acquisition des modèles culturels est un processus continu car l’homme est doté d’une structure d’intellection complexe, eu égard au besoin qui est en lui d’inventer des conceptions complexes. 

Il importe à cet égard e souligner que l’homme est doté de la capacité d’assimiler les langues et que cette capacité relève de l’innéité et du don d’adaptation, lesquels ne peuvent se résumer aux principes de répétition ou de création, mais constituent des données plus complexes.

Une telle capacité pourrait également être l’une des manifestations de l’acquisition innée des langues au sens large du terme qui est propre aux humains, mais elle est aussi partie de processus liés aux moyens non linguistiques de penser le monde qui remplacent toute forme de dépendance par rapport à la langue en soi.

Le fait est que l’esprit humain est capable de produire des descriptions qui ne proviennent pas de structures linguistiques telles que la syntaxe ou la morphologie. L’élément fort dans le développement de tels processus nous vient des représentations, la langue devenant ici un élément auxiliaire ou un simple outil de la pensée au service du sens.

Cette approche est confirmée par le fait que tous les sens des mots ont une signification lexicale et que cette signification émane du niveau de représentation qui œuvre à capter l’expérience et à la formuler par le moyen de la langue. À ce niveau, le travail de représentation fonctionne de façon aussi cohérente et continue que les règles de grammaire. On peut même dire que ce niveau de représentation entre dans le cadre du savoir linguistique général qui est inné à chaque être humain.