Langue Issue
LES PROVERBES POPULAIRES ANDALOUS À TRAVERS LES DEUX VISIONS, ARABE ET ORIENTALISTE
LES PROVERBES POPULAIRES ANDALOUS À TRAVERS LES DEUX VISIONS, ARABE ET ORIENTALISTE
Issue 49

Dr Mohamed El Amarti

Chercheur universitaire. Maroc

La littérature des proverbes a, fort souvent et depuis les temps les plus anciens, suscité l’intérêt des chercheurs arabes aussi bien qu’occidentaux. D’une époque à l’autre de l’histoire littéraire, d’éminents écrivains se sont en effet penchés sur cet art si stimulant pour l’esprit. Car le proverbe  constitue la plus riche des formes culturelles et cognitives, tant est puissante cette image de la vie et des expériences humaines qu’il reflète, et multiple la vision qu’il nous donne, en tant qu’art littéraire, des us et coutumes des peuples dans leur extrême variété. Le proverbe a toujours été une source de savoir pour les historiens, les géographes, les sociologues, les éthologues, les linguistes, les philologues, les historiens des lettres et des sciences humaines… Les savants arabes des temps anciens se sont d’ailleurs très tôt passionnés pour cette forme d’expression. Ils furent de véritables pionniers de la recherche dans ce domaine et d’admirables créateurs, capables de rivaliser avec les grands chercheurs à travers le monde grâce à l’immense richesse des proverbes et dictons arabes. La meilleure preuve en est le patrimoine de manuscrits consacrés à cet art littéraire qu’ils nous ont légué. Malheureusement, ce trésor inestimable ne rencontra guère parmi les critiques et les chercheurs, qu’ils soient maghrébins ou orientaux, l’intérêt qu’il mérite. Ainsi, pour prendre un exemple, les recueils de proverbes populaires andalous en arabe dialectal n’ont pas suscité chez nos chercheurs le même engouement que les proverbes orientaux ou ceux formulés en arabe littéral. Nous n’en sommes pas moins convaincus que cette expression dialectale de la sagesse populaire andalouse constitue un champ de recherche d’une grande importance, ne serait-ce qu’au regard des révélations qu’elle nous apporte sur la période andalouse dans toute sa richesse et son foisonnement.

La présente étude porte sur le travail scientifique entrepris conjointement par le grand orientaliste espagnol, Emilio Garcia Gomez, et le Dr Mohamed Ben Cherifa, doyen des études andalouses au Maroc. Ce travail qui associe les deux visions arabe et orientaliste dans la recherche sur les proverbes andalous en langue dialectale vise à mettre en lumière les significations profondes de cet art littéraire en étudiant cet immense legs culturel arabo-espagnol qui fut si longtemps négligé pour des raisons que l’auteur n’a pas le loisir d’approfondir dans le cadre de la présente étude.

Son propos vise en revanche à présenter diverses données et à développer une autre approche de l’art des proverbes en dialectal dont la finalité est de susciter le débat à partir d’une lecture ouverte des travaux d’avant-garde consacrés à ce domaine. Cette lecture tente en effet de faire ressortir le rôle pionnier joué par les études andalouses menées à travers des regards croisés, tels que ceux de l’Arabe ben Cherifa et de l’orientaliste Gomez, dont la convergence a jeté les bases d’une réflexion scientifique sur les proverbes en dialectal et les diverses problématiques qui y sont liées, ouvrant ainsi la voie à une lecture duelle de cet héritage littéraire. 

Explorer les horizons auxquels tendent les travaux de ces deux maîtres représente un projet scientifique d’envergure qui ambitionne de faire revivre les études scientifiques sur l’art du proverbe. L’auteur est en effet convaincu que, dès lors qu’un tel regain d’intérêt pourra s’affirmer et se renforcer de jour en jour, comme il l’espère, c’est une autre approche toujours plus efficace qui pourra se développer dans ce domaine de l’art littéraire andalou. Ce travail permettra en même temps de faire ressortir les points de rencontre et les sujets de divergence entre les regards portés par les deux grands chercheurs, marocain et espagnol, sur cet art.  Quelle que soit par ailleurs l’importance de la place qu’ils ont donnée à ce champ de recherche, chacun avait des interrogations, des sujets de préoccupation et une vision de l’art qui ressortissent, en premier lieu, aux convictions scientifiques et au background méthodologique de chacun, et en deuxième lieu, à leur appartenance géographique, culturelle et épistémologique. Une telle problématique sera inscrite dans le contexte qui est le sien au niveau l’histoire des études sur les proverbes, en général, et devra permettre d’aboutir à certaines réponses sur les questions relatives à ce patrimoine.